sodom-1SODOM "Sodom" (2006)
Style : Thrash Metal 'til Death !
Nationalité : Allemagne

Quand on pense à SODOM, on pense pas tout de suite à l'un des trois grands du Thrash allemand mais plutôt à, au choix et pour rester poli, jeter le bébé dans le tout-à-l'égout ou à repeindre la grotte couleur blanc crème. En cherchant sur Google la pochette de l'album qui accompagne joliment cette chronique, je suis tombé sur de ces choses, avec des messieurs qui cherchent tout sauf des truffes et des dames très détendues, j'ose même pas vous en parler. Une chose est sûre, c'est que c'est pas DU TOUT comme ça qu'ils réussiront à se reproduire. Bref, avec ce missile, le monde entier va se rappeler que SODOM c'est aussi un groupe, et que ça rime avec fortes douleurs au cul ! De retour en 2006 après un "M-16" bien agréable et un double live pétaradant ("One Night In Bangkok", aucun lien avec Murray Head), les allemands reviennent immuablement, comme des boomerangs croisés avec des pigeons voyageurs, pour nous servir années après années leur Thrash vociférant. Cette fois-ci, on a le droit à un album éponyme (pour changer) et une pochette à chier (pour pas changer). Ne cherche pas, ami(e) lecteur(rice), j'ai mis la version slipcase histoire de ne pas te faire perdre de précieux dixièmes. Quand on appelle son album du nom de son groupe MAIS que c'est pas le premier (là, y'a dérogation), t'as intérêt à ce qu'il sonne un minimum, sans quoi tu risques tout bêtement de saloper ton blaze à jamais si ton nouveau bébé ne met pas une belle mornifle à la terre entière. Comme SODOM, c'est pas des enculés et qu'ils ont bien travaillé en répèt, qu'ils n'ont pas le statut de METALLICA et qu'ils ont donc toujours tout à prouver, et qu'enfin je te le dis alors pas d'hésitation : tu peux te jeter dessus ! Des riffs soit rapides soit mid-tempo mais qui déchirent dans tous les cas, la voix super méchante d'Angelripper qui n'a jamais été aussi bon et qui fouterait une branlée à Tom Araya même en rotant, des gros bouts de jolies mélodies, un peu d'expérimentation (oui, oui, tu as bien lu) et du support sonore à Headbanging toutes les deux minutes, c'est que des bonnes choses pour te faire du bien dedans ton corps. Non seulement SODOM reste fidèle à lui-même, mais il réussit aussi à se renouveller, à sublimer ce Thrash primaire qui lui colle à la peau depuis 1986 et à proposer 11 titres assez variés et intéressants pour qu'on ne s'emmerde pas une seule seconde de ces 43 minutes. Un signe qui ne trompe pas, c'est qu'ils pourraient taper un live complet avec juste les titres de ce disque en guise de setlist que des tubes comme "Agent Orange" me manqueraient même pas. D'autant qu'avec les morceaux de ce disque, tu as bien plus que du SODOM, c'est toute la haute société du Thrash qui s'invite à la fête de l'embassadeur : TESTAMENT sur l'intro de "Blood On Your Lips" (qui rappelle l'intro de "The Gathering"), SLAYER sur "Wanted Dead", MEGADETH (si si !) dans les montées chromatiques et le solo de "Buried In The Justice Ground", KREATOR sur l'intro de "City Of God"... qu'est ce qui me dit que c'est pas du copiage honteux ? Parce que c'est feuquingue bon, et quand c'est bon, ça s'appelle des clins d'oeil ! S'il y a bien une preuve sonore aujourd'hui que SODOM est encore un grand groupe et qu'il mérite entièrement sa place dans le trio de tête du Thrash teuton, c'est bien ce putain de disque tout énervé !

LINE UP :

Tom Angelripper : Basse, Chant
Bernemann : Guitare
Konrad "Bobby" Schottkowski : Batterie

TRACKLISTING :

1. Blood On Your Lips
2. Wanted Dead
3. Buried In The Justice Ground
4. City Of God
5. Bibles And Guns
6. Axis Of Evil
7. Lords Of Depravity
8. No Captures
9. Lay Down The Law
10. Nothing To Regret
11. The Enemy Inside