thycatafalque-1THY CATAFALQUE "Rengeteg" (2011)
Style : Gloubi-Boulga Metal
Nationalité : Hongrie

Pas de nouvelle chronique depuis belle-lurette sur Heavy Metal Is The Law et pour cause, j'étais comme la plupart d'entre vous au Hellfest, ma 6ème édition en ce qui me concerne. J'avais donc autre chose à foutre hein, tu m'excuseras. C'était bien vous ? Pour moi c'était super, sauf que j'suis tombé deux fois dans la boue, pis bien en plus, j'ai pas fait les choses à moitié. La première fois y'a un gars qu'a hurlé derrière moi "Normandy Epic Fail" et qui a lolé ensuite, l'enculé. La deuxième fois j'me suis même envoyé toute ma bière à la gueule. Retour de flamme, effet yoyo ou faux rebond, que sais-je, faudra que je demande à un pote calé en physique comment on peut bien appeler ce phénomène. Tout ce que je sais, c'est que j'ai perdu deux jetons et j'en ai même pas bu une gorgée. Comme je ressemblais à une pelle avec toute cette terre sur mes fringues, j'ai dû me résoudre à foutre ma vestapatch' à la machine en rentrant (délicat / 30° / lessive spéciale linge noir, au cas où t'aurais eu le même souci), ça m'a bien fait chier mais ça va, elle a tenu le coup, merci de demander. Sinon j'ai pas fait que ça hein, j'ai quand même découvert des groupes entre deux glissades. PENTAGRAM tout d'abord, qui m'a foutu une bonne pichenette derrière les étiquettes avec son pénétrant comme une balle Doom-Doom des familles. Y'a eu YEAR OF NO LIGHT aussi qu'était bien cool, j'avais pris une lampe-torche de peur de ne rien voir mais en fait ça allait (comprenne qui pourra). Et enfin, THY CATAFALQUE. Paye ton nom à coucher dehors ! Mais c'est normal, c'est des hongrois, ils ont le droit. Alors pas la peine de chercher fébrilement dans ton running order tout déchiré, t'as rien raté l'ami, c'est dans la voiture en direction du festival que j'ai écouté le disque. Ah mais si si, désolé mais ça compte. Comme vous étiez pas tous en bagnole avec moi, j'vais pas faire mon chien, on va parler un peu du bande. Du "Wonemanebande" devrais-je dire, Tamás Kátai de son petit nom est tout seul, ce qui inspire vache de respect quand t'entends le débit de décibels déballé. Les blagueurs de Season Of Mist ont collé un sticker sur le boitier au cas où l'on voudrait savoir comment ça sonne avant même d'écouter et faut avouer que les comparaisons sont pas concluantes. "ARCTURUS" tout d'abord, on oublie, ou alors mon trou de balle c'est du Renoir et on peut se permettre de noter "For Fans of SPIRAL ARCHITECT" sur les productions de SADISTIK EXEKUTION. "NEGURA BUNGET", mouais... rien à voir également, si ce n'est que les deux groupes viennent de pérpète-les-moulineaux, foutent des petits trililis au dessus des voyelles et misent beaucoup sur l'atmosphère, ça fait un peu lég' comme lien. "ARKONA" enfin, à part la dénomination Folk, c'est encore HS, pas de pouet pouet de fête du village et de flûte dans la chatte ici. Non, THY CATAFALQUE, c'est un mélange étonnant (et totalement inédit pour moi) de Grind/Death pachydermique, de Black racé et de subtiles notes Folk/Ambient. Je sens que je vais devoir encore parler "d'Avant-garde" et ça me casse déjà les couilles tellement ça ne veut plus rien dire. Alors je vois d'ici les messieurs perdre leurs monocles et les dames défaillir à la lecture du terme "Grind". Faut se rendre à l'évidence, avec des guitares aussi corpulentes et une caisse claire au temps de réverbération level 99, on est très loin des danses hongroises. Le son développé par notre ami Tamás(sé ma bite) est foutrement hallucinant. Lourd, imposant et débordant de toute part comme le décolleté de Sabrina Salerno dans le maillot de bain de Jane Birkin, il fait penser à BOLT THROWER ou à une sorte de FEAR FACTORY décomplexé quand il s'accompagne de touches électroniques (la seconde partie de "Vashegyek"). Du Grind, Tamás(turbé mon chien) garde aussi cette tendance à la surexploitation des mélodies, en rentabilisant de toutes les manières possibles des thèmes musicaux simples et qui deviennent du coup très vite entêtants ("Kö Koppan"). C'est la crise que veux-tu, on gaspille pas, le goulash comme les bonnes idées ! Empruntant au folklore d'Europe centrale comme aux sonorités orientales - évoquant au mieux les MYRATH ou autre ORPHANED LAND, au pire Bollywood comme sur "Trilobita" - THY CATAFALQUE surprend par son rendu cosmopolite et son ambiance embrumée. Emporté par les clameurs fières et les mélodies subtiles, l'auditeur ne voit pas passer l'heure et revient forcément enchanté de cette pittoresque balade dans les contrées d'Erzsébet Báthory (j'espère ne pas tomber de sitôt sur une autre production hongroise à chroniquer, parce que après la comtesse sanglante et la soupe au paprika j'ai plus beaucoup de références culturelles en stock). Presque complètement chanté en clair si l'on excepte quelques hurlements trafiqués, truffé d'effets sonores jamais envahissants et toujours à propos, "Rengeteg" est une sympathique tambouille locale audacieuse et atypique. Fermez les yeux, c'est les Carpathes, ses vampires et ses montagnes lugubres qui s'offrent à vous ! Comment ça, "ça c'est la Roumanie connard" ? Roooh on s'en branle, c'est la même chose ! Tour à tour doux ou franchement brutal ("Minden Test Fű") mais appelant toujours au voyage, voilà un album vraiment dépaysant et qui trouve là sa principale raison d'être.

LINE UP :

Tamás Kátai : Chant, Guitare, Basse, Claviers, Programmation

TRACKLISTING :

1. Fekete Mezők
2. Kel Keleti Szél
3. Trilobita
4. Kő Koppan
5. Vashegyek
6. Holdkomp
7. Kék Ingem Lobogó
8. Az Eső, Az Eső, Az Eső
9. Tar Gallyak Végül
10. Minden Test Fű