krallice-1KRALLICE "Dimensional Bleedthrough" (2009)
Style : Post Black Metal à singularité gravitationnelle
Nationalité : U.S.A.

Quand j'ai découvert le Black Metal à mes treize ans, mon premier réflexe a été de me dire, les yeux tout écarquillés : "Je comprends rien, c'est trop génial". Faut dire que ce qui passait alors dans ma chaîne hi-fi c'était "The Loss And Curse Of Reverence" d'EMPEROR, autant dire que niveau complexitude musicale c'était le tout haut du panier. J'ai bien dû mettre dix ans à comprendre réellement "Anthems To The Welkin At Dusk" (soit de sa sortie en 1997 à leur prestation de fin du monde au Hellfest 2007), ce qui ne m'a pas empêché de m'envoyer le disque 200 fois minimum, histoire de me ramoner les conduits et de piger ce Maelstrom sonore. EMPEROR, pour ceux qui ne connaissent pas (bouhou la honte), c'est comme un gros gâteau de crêpes bien bourratif avec plein de couches de mélodies et des tas de tranches de guitares, et généralement après une part t'es déjà bien calé pour la sieste à venir. Quand à ce stade d'une chronique je disserte sur un autre groupe et que j'en suis à regarder sur marmiton.org les recettes de gâteau de crêpes salés c'est que je m'égare un peu, alors j'enchaîne. Les gars de KRALLICE jouent un Black très différent de celui des norvégiens, mais se complaisent comme eux dans une musique ultra-opaque et mikadesque(*). Tu le vois le lien ? Bien. Pas de claviers ni d'orchestrations ici, c'est les guitaristes (sûrement sujets à des tendinites répétées) qui s'en donnent à coeur joie, comme des légionnaires dans un pensionnat de jeunes filles. Les riffs s'embriquent, les notes se mélangent dans une gigantesque partouze de mélodies, et il devient vite très difficile de se repérer dans cette musique dense et sombre comme un trou noir. Le chant Black ou Death, très peu présent, n'aide pas à trouver ses marques. La notion même de structure disparait, les phrases se répètent à l'infini, disparaissent et réapparaissent pour laisser place à une vague, un chemin mélodique que l'auditeur doit suivre sans discuter. Dans cette ambiance bordélique rappelant le concept de musique sérielle, l'acmé de l'album semble être constamment atteint, comme une course sans fin vers l'horizon qui a pour effet de ne pas faire baisser la tension durant ces 77 minutes intenses. KRALLICE m'a foutu sur le cul, c'est aussi simple que ça ! "Dimensional Bleedthrough" est une baffe comme on en entend peu, une expérience physiquement éprouvante qui te collera la tête aux enceintes sans possibilité de bouger et te triturera l'esprit comme de la pâte à modeler. Vous ne sortirez pas indemne de cette angoissante virée !

(*) Qui ressemble à un Mikado. (source : dictionnaire personnel)


Album coup de coeur !

LINE UP :

Colin Marston : Guitare
Mick Barr : Guitare, Chant
Nicholas McMaster : Basse, Chant
Lev Weinstein : Batterie

TRACKLISTING :

1. Dimensional Bleedthrough
2. Autochthon
3. Aridity
4. The Mountain
5. Untitled
6. Intraum
7. Monolith Of Possession