06 février 2012

ABIGOR - Time Is The Sulphur In The Veins Of The Saint... (2010)

ABIGOR "Time Is The Sulphur In The Veins Of The Saint..." (2010)Style : Black / Indus Metal Lego©Nationalité : Autriche ABIGOR a tout le long de sa carrière féconde cherché à évoluer. parti d'un black old school tendance "champêtre & champignons" à ses débuts puis rapidement plus orchestral et majestueux, son parcours sinueux l'a emmené en 2007 avec "Fractal Possession" sur les terres mi vierges mi soumises du Black/Indus. Vu le niveau de ce dernier, on était logiquement en droit de s'attendre en 2010 à un skeud qui déboite à... [Lire la suite]

04 février 2012

ABIGOR - Fractal Possession (2007)

ABIGOR "Fractal Possession" (2007)Style : Alliage Black Metal / Indus Metal (Symbole Bm-Im,n° atomique 666)Nationalité : Autriche Sarah Connor l'avait prédit, ABIGOR revient en 2007 et il est pas content. Complètement débarrassé de son enveloppe charnelle "True Black Mitole & forêt de sapins", le groupe invite l'auditeur impuissant à assister à sa propre vision de l'enfer numérique, à grands coups de samples apocalyptiques et de riffs de fin du monde. "Fractal Possession", c'est un grand album de Black Indus affirmé (impossible... [Lire la suite]
03 février 2012

ABIGOR - Channeling The Quintessence Of Satan (1999)

ABIGOR "Channeling The Quintessence Of Satan" (1999)Style : Black Metal pyrénéens-de-LindtNationalité : Autriche Pour son 5ème album (les EP ça compte pas d'abord), les autrichiens d'ABIGOR décide de s'extraire un peu plus du bourbier Black Metal grandissant dans lequel finissent inexorablement par se noyer ceux qui n'ont pas su évoluer. Une évolution salutaire (et constante chez le groupe) qui ne plaira pas à tous, loin de là, mais qui aura le mérite d'être courageuse. Je dis ça, je dis rien, moi je kiffe ! Exit donc Silenius et son... [Lire la suite]
01 février 2012

ABIGOR - Verwüstung / Invoke The Dark Age (1994)

ABIGOR "Verwüstung / Invoke The Dark Age" (1994)Style : Black Metal déshumaniséNationalité : Autriche ABIGOR décide en 94 de descendre de sa montagne enneigée pour rappeler au monde, alors en plein bombardement scandinave, qu'il fait froid aussi en Autriche et qu'il n'y a pas que les chants tyroliens pour réchauffer son homme le soir au coin du feu. Pour un premier alboum, le son est plutôt une réussite, surtout pour le style pratiqué. Des timballes en veux-tu en voilà, une voix de dément légèrement en retrait (classe), des nappes de... [Lire la suite]