cannibalcorpse-1CANNIBAL CORPSE "Torture" (2012)
Style : Death Metal collection printemps / été
Nationalité : U.S.A.

Acheter le dernier album de CANNIBAL CORPSE, c'est comme mater le spectacle du Crazy Horse la nuit du réveillon (alors, quid de cette histoire de cache fri-fri ? On m'a dit que si elles paraissaient si bien épilées c'est qu'elles ont un autocollant noir sur le fri-fri, j'aimerais bien qu'on me renseigne, ça serait décevant quand même), on est jamais beaucoup surpris mais ça rassure sur le bon déroulement du temps qui passe et ça marque le coup pour la nouvelle année. Moi, j'ai quasiment été élevé par CANNIBAL CORPSE. C'est sûrement lié au fait que j'ai tué mes parents (ma mère au couteau, mon père au marteau) à cause d'avoir trop écouté CANNIBAL CORPSE justement, alors ça doit jouer. Bon, j'exagère un peu, mais ces cochons de floridiens ont fait une bonne partie de mon apprentissage Death Metal. Depuis cette vieille cassette de "Tomb Of The Mutilated" prétée par mon voisin à mes 10-11 ans et le choc du son et du visuel passés, le groupe et ses tubes supragores accompagnent ma petite vie de fan. C'est pratique, parce que je peux vous parler de tas d'évolutions infimes que y'a que moi qui les voit et dont de toute façon personne n'a rien à branler. Pour les nouveautés, nous avons donc un son de gratte plus électrique, très saturé et buzzifiant, comme un casque audio branché sur du triphasé. Ça n'apporte pas beaucoup de patate en plus, mais ça a au moins le mérite de faire les poussières. La voix de George "Corpsegrinder" Fisher est encore plus huileuse (si, si, c'est possible) qu'à l'accoutumée, son timbre effrayant se rapproche même dorénavant du travail de David Vincent sur "Domination" (le mid-tempo "Scourge Of Iron"). Quelques "expérimentations" sont présentes, comme ces quelques fins de riffs à la GOJIRA sur "Demented Aggression", que je sais pas comment ça s'appelle et que mes copains n'étant pas d'accord (Sweeping ? Strumming ? sûrement un truc en -ing) je vais appeler ça des "wiiihou". Tous ces changements - le son, la voix, les wiiihou - ne sont pas non plus visibles comme le nez au milieu de la figure hein, faut vraiment vouloir se faire chier à fouiller pour trouver des trucs à dir... des trucs qui changent. Y'a aussi de la fausse nouveauté, comme quand on ressort de l'armoire les affaires d'été une fois l'hiver fini et qu'on a l'impression d'avoir des nouvelles fringues sauf qu'elles puent le renfermé : une basse à remous qui nous rappelle la brutalité groovissante d'un "The Bleeding", un solo de basse pour nous remettre en tête les bons moments d'un "Hammer Smashed Face" ou d'un "Fucked With A Knife", et puis et bien sûr et enfin et surtout la violence caractéristique, ultra efficace de la musique des cadavres de cannibales. À la première écoute, j'ai frôlé la fracture du sternum, c'est dire si ça envoie sec. Alors mais dis donc dis voir, c'est que c'est du tout bon ce "Torture" non ? Oui, c'est bon, c'est toujours bon. Celui qui a misé sur impair remporte une fois sa mise, les titres 1, 3, 5 et 7 se démarquent assez du lot. Je regrette juste l'absence de tubes, de vrais morceaux qui se retiennent. À l'époque d'un live monstrueux comme le "Live Cannibalism", je pouvais te sortir le titre du morceau dès les premières notes des 18 morceaux, c'était ça CANNIBAL ! Alors c'est vrai, l'album blaste sa face, le groupe a bien rattrapé le coup après un "Evisceration Plague" assez chiant, mais la grande époque semble s'éloigner inexorablement. Un peu comme le talent et les bonnes idées de Vincent Locke qui nous pond d'années en années des pochettes de plus en plus pourries depuis "Gallery Of Suicide", l'apogée d'un groupe vraiment cauchemarquant. Des pochettes qui se retiennent pas pour des titres qui se retiennent pas, l'optimiste se dira qu'au moins le "concept" tient la route jusqu'au bout.

LINE UP :

Alex Webster : Basse
Patrick O'Brien : Guitare
George "Corpsegrinder" Fisher : Chant
Rob Barrett : Guitare
Paul Mazurkiewicz : Batterie

TRACKLISTING :

1. Demented Aggression
2. Sarcophagic Frenzy
3. Scourge Of Iron
4. Encased In Concrete
5. As Deep As The Knife Will Go
6. Intestinal Crank
7. Followed Home Then Killed
8. The Strangulation Chair
9. Caged… Contorted
10. Crucifier Avenged
11. Rabid
12. Torn Through