waytoend-1WAY TO END "Desecrated Internal Journey" (2009)
Style : Avant-Garde Black Metal à surveiller de près
Nationalité : France

Si vous êtes tout comme moi passionné de Metal, vous êtes sûrement entouré au quotidien d'amis ou de simples connaissances partageant le même amour ardent pour cette gentille musique de crétins (au pire, prend un Curly). Dans cette bande de joyeux drilles, il doit même se trouver quelques musicos, des bassistes, des guitaristes, se réunissant parfois même entre eux pour faire de la musique ensemble et pourquoi pas ensuite faire des concerts, sortir des jolis Compact Discs et se taper des meufs faciles. Seulement, n'est pas DISSECTION qui veut, et la probabilité de trouver dans ses cons de potes un Jon Nödtveidt (147 points au Scrabble) est mince. Résultat, tu te retrouves souvent à écouter des tonnes de bouses inaudibles composées par des copains fiers comme des paons, obligé d'approuver tout souriant ce bordel informe tout en essayant de garder sensiblement la même couleur de tronche. Heureusement, avec les amis de WAY TO END, j'aurais pas à jouer au faux-cul, parce c'est tout simplement excellent. Pour leur premier album, les normands nous proposent en guise d'amuse-gueule un peu moins de quarante minutes d'un Black Metal intelligent et ambitieux (mais avec une pochette toute noire, ah bah on peut pas tout avoir). Désireux d'explorer pleinement tous les recoins d'un style qui semble déjà trop petit pour lui, le groupe apparait tour à tour brutal, épique ou mélodique, multipliant les expériences sonores et les ambiances angoissantes. Travaillant ses morceaux comme un compositeur classique écrit une symphonie, Hazard donne la part belle aux cordes, évoquant avec ce quatuor électrifié le mélodique DISSECTION ("The Worm"), l'atonalité d'un BLUT AUS NORD (ouais je sais, ça fait bander tous ces noms) ou la cacophonie d'un orchestre s'accordant avant la première représentation. Souvent dissonant, parfois bordélique mais toujours captivant, WAY TO END joue avec un malin plaisir avec nos nerfs et nos oreilles, nous perdant comme des petits poucets dans des sentiers sombres et tortueux avant de nous ramener à lui avec ZE riff qui tue, la lumière dans le noir qui illumine le tout et nous ramène vers le droit chemin ("At The Threshold"). Accompagné d'une basse enivrante, de vocaux Death convaincus et de subtils choeurs impériaux, WAY TO END a toutes les armes en main pour se faire très vite et avec fracas un nom parmis les grands groupes de Black français. Dommage que la production de l'album, laissant parfois à désirer, ne rende pleinement hommage à ces adroits musiciens de l'extrême...

LINE UP :

Hazard : Chant, Guitare
Rust : Guitare
Hzxllprkwx : Basse
Decay : Batterie

TRACKLISTING :

1. Facing The Abyss
2. A Step Into The Void
3. At The Threshold
4. The Worm   
5. Unconscious Evocation Of A Neverending Search
6. The Sore Of Creation
7. No Dreams